Les secrets d’un bon thé à la menthe

Le Maroc est un pays riche de couleurs et de saveurs. Outre ses paysages surprenants et variés, ce pays se distingue par l’accueil que nous font les habitants. Impossible de rendre visite à quelqu’un sans que vous soit offert en ensemble de délicieuses pâtisseries orientales et surtout un thé à la menthe. Au fin fond des douars les plus reculés on vous le servira très chaud et très sucré, avec des œufs durs et du pain maison et malgré la chaleur du pays, étonnamment, il vous désaltérera.

Pour avoir eu la chance de côtoyer des maîtresses de maison marocaines j’ai pu voir comment réaliser un thé à la menthe digne de ce nom et m’en vais vous faire partager ce plaisir.

Pour réussir un bon thé il vous faudra bien sûr du thé 🙂

Prenez du thé vert, bien qu’il soit de Chine c’est celui là qu’il vous faut. Achetez le séché, en boîte cartonnée que l’on trouve un peu partout en grandes surfaces et qui conserve très longtemps. Pensez à bien refermer le sachet ou à le conserver dans un bocal hermétique. N’utilisez surtout pas de thé en petit sachet.

Il vous faudra évidemment de la menthe. Prenez-la fraîche car c’est elle qui donne un goût incomparable au breuvage, la menthe séchée est une alternative mais sera beaucoup moins puissante en bouche.

La menthe est quelque chose qui se cultive très facilement dans le jardin mais aussi sur un petit balcon ou même en pot de terre cuite dans un bon terreau. Il se vend différentes sortes de menthe en pot dans les jardineries par exemple. Choisissez la menthe marocaine (comme sur la photo)  que l’on reconnaît à ses feuilles plus larges, bien vertes, assez épaisses et bien nervurées. Laissez la catégorie aux feuilles étroites et fines. Repiquez un pied au printemps et vous aurez de la menthe jusqu’en septembre, octobre. Attention elle a tendance à faire de nombreuses racines et à s’étaler, surtout quand elle est en pleine terre, donc n’en mettez pas trop si vous ne voulez pas être vite envahi. Les abeilles en sont folles, ainsi en mettant de la menthe dans votre jardin vous contribuerez à leur sauvegarde si importante pour notre planète.

Lorsqu’elle a fait de belles et grandes feuilles vous pouvez vous en servir. Évitez d’attendre qu’elle fleurisse. Coupez les tiges très à ras du sol afin que la pousse reprenne.

Faites bouillir un litre d’eau. Munissez vous ensuite de votre théière qu’il est toujours mieux d’ébouillanter au préalable. N’importe quel type de théière fonctionne même si celle sur la photo fait davantage couleur locale. Pour une quantité d’environ 800 grammes d’eau,  mettez au fond une cuillère à café rase de thé.

Quand votre eau commence à être chaude, mettez en un peu sur votre cuillerée de thé (l’équivalent d’un petit verre). Il faut juste que les grains soient couverts d’à peine un centimètre. Laissez ainsi environ 10 minutes, temps au bout duquel  les feuilles se seront ouvertes et auront laissé échapper leur amertume.

 

 

Videz cette première eau. Ajoutez dans la théière votre menthe bien lavée, l’équivalent de 4 belles branches au moins, et 10 morceaux de sucre pour avoir un thé riche en goût (un peu moins si votre théière est plus petite.)

Versez votre eau bouillante sur le tout jusqu’en haut du récipient, couvrez et attendez au moins 10 minutes pour que la boisson infuse.

Versez un verre de thé que vous remettrez dans la théière, chose que vous referez une seconde fois. Vous pourrez le goûtez à ce moment là pour voir si la menthe a bien libéré tout son arôme, si ça n’est pas le cas laissez encore infuser quelques minutes mais pas trop car votre boisson deviendra trop forte.

Vous voilà donc dans le secret des Dieux, vous n’avez plus qu’à vous régaler et à vous offrir par la pensée, en dégustant cette boisson unique,  une petite virée du côté de Chefchaouen ou de Fès.

Et pour l’accompagner, essayez donc mes faciles petits ghribas à la semoule

 

La confiture de prunes rouges

En ces jolis mois d’été, les étals des marchés regorgent de fruits juteux et savoureux. C’est donc le plein moment pour penser à se fabriquer quelques bonnes réserves de confitures pour l’hiver.

Mon pêché mignon est sans nul doute le travail de la prune rouge qui donne une confiture légèrement acidulée et très riche en goût.

Mais comment procéder me direz-vous pour obtenir un résultat satisfaisant?

Le grand secret pour réussir une bonne confiture réside dans la préparation des fruits et surtout leur cuisson qui est l’élément déterminant.

Permettez-moi de vous livrer ici ma façon de procéder, qui si vous la respectez bien vous donnera entière satisfaction.

  •  Choisissez de belles prunes rouges bordeaux, mûres à point, sans blessures, ni coups. Si vos fruits sont encore un peu fermes, laissez-les mûrir quelques jours avant de les utiliser. Un fruit bien mûr permettra aux noyaux de se détacher très facilement, ce qui est bien pratique, vous le verrez.
  • Éviter de cuire une trop grande quantité à la fois: 1,5kg de fruits est la quantité idéale. Ce poids vous permettra d’obtenir 4 pots de 350g.

Ces deux points importants exposés, passons à la réalisation.

  • Dans l’après-midi, la veille, peser vos fruits, lavez-les et essuyez les bien.
  • Prenez une grande sauteuse anti-adhésive et découpez vos prunes en petits morceaux tout autour du noyau. Laissez les noyaux avec les fruits, vous les retirerez en fin de cuisson.
  • Pesez la moitié du poids des fruits en sucre cristallisé soit 750g. N’essayez pas d’utiliser un sucre fin, vous gâcheriez tout! Les sucres « spécial confiture » comme il en existe dans le commerce n’ont pas ma préférence car ils ne permettent pas une lente cuisson du fruit. Pour faire de bonnes choses, il faut du temps!
  • Répartissez ce sucre sur vos fruits découpés, bien uniformément.
  • Puis à ce stade, laissez reposer le tout jusqu’au lendemain matin. Vous pouvez mettre le couvercle de votre sauteuse mais sans le fermer complètement pour éviter la fermentation.
  • Après avoir reposé plus d’une nuit, vos fruits sont prêts pour passer à la cuisson. Un beau jus bien rouge c’est formé au fond de votre sauteuse.
utilisez cette pince pour vider l'eau de vos pots

utilisez cette pince pour vider l’eau de vos pots

  • Avant de lancer la flamme, préparez vos pots de confiture vides (personnellement, je les récupère tout au long de l’année, lorsque j’achète des confitures du commerce, les pots font parfaitement l’affaire.)
  • Faire bouillir une grande casserole d’eau, ou utilisez une bouilloire électrique et ébouillantez vos pots ainsi que leur couvercle.
  • Puis les vider de cette eau bouillante et retournez les pots sur un papier absorbant ou un torchon propre. Faites de même avec les couvercles. Il s’agit en effet de stériliser les pots pour assurer une parfaite conservation de votre confiture, toute l’année durant.
  • Ceci fait, il est temps de débuter la cuisson qui se fera par étapes et qui est primordiale dans la réussite de votre confiture.
  • Démarrez sur une flamme plutôt forte, non pas la puissance maximum mais disons 2 crans en dessous (vous avez souvent des points de repères sur les boutons de gaz, prenez ainsi le point le plus élevé et baissez de 2 crans).
  • Utilisez un minuteur ou votre montre et comptez 10 premières minutes (démarrez le décompte dès que la sauteuse est sur la flamme). Au bout de 5 minutes environ, vous allez voir apparaître une grosse écume bien mousseuse. A l’aide d’une écumette retirez la délicatement en prenant soin de ne pas ôter de fruits.
  • Au bout des 10 minutes, baissez la flamme d’une graduation et comptez 5 minutes de plus. L’écume va être un peu moins importante mais continuez de l’enlever.
  • Les 5 minutes passées, baissez encore une fois d’une graduation et comptez encore 5 nouvelles minutes. L’écume à ce stade a presque disparu.
  • Au terme de ces 20 minutes (au total), baissez une dernière fois d’une graduation votre gaz. Vous devez avoir un petit bouillon qu’il faudra poursuivre pendant encore 25 minutes à la même graduation.
  • Écrasez vos fruits au presse purée à main ou à la fourchette. Avant les 10 dernières minutes de cuisson, allez à la pêche aux noyaux. Vous pouvez très bien les laissez aussi, c’est là une affaire de goût. Écrasez à nouveau.
les outils indispensables

les outils indispensables

 

  • 45 minutes sont passées, vous pouvez couper votre gaz.
  • A l’aide d’une louche, remplissez immédiatement vos 4 pots stérilisés bien à ras bord. Attention de ne pas vous brûler!
  • Essuyez grossièrement à l’aide d’un essuie-tout vos pots et fermez sans plus attendre avec le couvercle en serrant le plus fort possible. Puis retournez vos pots. Cette astuce assurera une parfaite fermeture de vos confitures et évitera que de l’air ne s’infiltre. La conservation est ainsi optimale.
  • Laissez vos pots dans cet état jusqu’en fin de soirée. A ce moment là, vous pourrez les retourner et les nettoyer convenablement.

Si vous avez respecté ces quelques consignes simples, vous aurez réussi une délicieuse confiture, légèrement acidulée, riche en goût, pas trop épaisse, qui se tartinera à merveille et vous aurez ainsi le plaisir de la déguster toute l’année.

 

Petits choux à la crème à ma façon

Les 23 ans de mon fils chéri m’ont donné l’occasion de lui préparer un de ses desserts favoris: les petits choux à la crème.

A défaut de pouvoir les partager avec vous, je m’en vais vous donner leur recette si cela vous tente.

Mais j’aime mieux vous prévenir à l’avance nous allons être loin des religieuses toutes rondes, brillantes de glaçage et enrobées de crème au beurre qui trônent majestueusement derrière les vitrines des grands pâtissiers.

Ici je vous livre ma recette simplissime, presque légère mais tellement bonne aussi, enfin ça c’est à vous de juger!

CE QU’IL VOUS FAUT

Pour la pâte:

  • 12g de sucre fin
  • 60g de beurre ou margarine
  • 1/4 de litre d’eau
  • 1 pincée de sel
  • 3 gros œufs (idéal) ou 4 petits
  • 125g de farine

Pour la crème:

  • 1 sachet de « Pudding impérial vanille » que vous trouverez facilement dans le commerce (voir photo)
  • 60g de sucre fin
  • 1/2 litre de lait
  • 100g de chocolat à cuire (si vous voulez)

USTENSILES

  • 1 grande casserole
  • 1 spatule
  • 1 plaque à pâtisserie
  • du papier sulfurisé

COMMENT PROCÉDER?

  1. Dans votre casserole, mettez sucre/beurre/eau/sel et portez le tout à ébullition.
  2. Aux premiers bouillons, retirez la casserole du feu et jetez la farine dans le liquide d’un seul coup. Mélangez énergiquement à la spatule.
  3. Remettez sur feu très doux et faire « dessécher » la pâte jusqu’à ce que celle-ci forme une belle boule qui se décolle facilement des parois.
  4. Retirez à nouveau du feu.
  5. A ce stade, ajoutez les œufs un par un. Chaque œuf doit s’incorporer parfaitement à la pâte, attendez ce processus avant d’ajouter l’œuf suivant. La pâte devient collante au fur et à mesure, c’est normal. Je vous accorde que le bras en prend un coup, le mélange est assez fatiguant! Voilà votre pâte à choux est prête!

 

 

 

Ensuite, sur votre plaque de four recouverte de papier sulfurisé, faites de petits tas de pâte à l’aide d’une cuillère à soupe de la valeur d’un petit œuf environ.

Inutile de vous encombrer d’une poche à douille, pas toujours facile à utiliser pour les non initiés. Façonnez au doigt votre petit choux en faisant un mouvement circulaire pour lui donner une forme la plus arrondie possible.

Veillez à ne pas les faire trop gros car ils vont doubler, voir tripler de volume lors de la cuisson.

Avec cette quantité de pâte vous pouvez faire environ une quinzaine de pièces.

CUISSON

La réussite de vos choux dépend beaucoup de leur cuisson. Suivez bien les indications ci-dessous pour obtenir un bon résultat. Si vous avez un four à chaleur tournante, utilisez cette option.

Préchauffez 2 minutes votre four à 220°, puis baissez à 210° et enfournez vos choux à mi-hauteur.

* cuire d’abord 5 minutes à 210° puis

* 20 minutes à 200° et enfin

* 10 minutes à 180°

Ils vont gonfler et prendre une belle couleur caramel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CREME

Ici aussi, j’ai choisi la solution la plus simple et la plus rapide pour faire la crème qui remplira vos chefs-d’œuvre. Mais rien ne vous empêche de faire une vraie crème pâtissière qui sera excellente aussi.

  • Mélangez un sachet de « Pudding impérial vanille » dans un demi litre de lait froid en y ajoutant 60g de sucre fin et la moitié d’une cuillère à café de maïzena délayée dans un fond de lait froid.
  • Portez le tout à ébullition en mélangeant bien au fouet.
  • Dès que la crème a bien épaissi, retirez du feu.
  • Si vous souhaitez faire des choux au chocolat, ajoutez à ce moment 100g de chocolat à cuire cassé en gros morceaux dans votre crème bouillante et fouettez bien. Le chocolat va fondre tout seul.
  • Vous pouvez bien sûr partager votre crème en 2 pour faire moitié vanille, moitié chocolat, sympa aussi!
  • Laissez refroidir complètement cette crème ainsi obtenue.

REMPLISSAGE

  • Une fois votre crème bien froide, incisez vos petits choux à l’aide d’un couteau en leur centre en prenant soin de ne pas les ouvrir complètement.
  • A l’aide d’une cuillère, remplissez vos choux de crème, la quantité correspond juste à 15 choux.
  • Saupoudrez l’ensemble de sucre glace pour un plus joli rendu si vous voulez et dégustez!

 

Vous pouvez conserver vos choux non remplis jusqu’au lendemain dans un sac type congélation bien fermé dans le bac à légumes de votre réfrigérateur. Mais ils seront un peu ramollis, l’idéal étant de les consommer le jour même.

Voilà, j’espère que ma recette vous aura donné envie d’essayer, n’hésitez pas à revenir me donner votre avis.

 

Façon Cup Cake ou Madeleine, de divins petits gâteaux pour le thé!

J’ai découvert cette recette de petits gâteaux très facile et délicieuse chez « Gourmettepanda » et avec son aimable autorisation je vous la transmets après l’avoir essayée ce weekend et m’être vraiment régalée.

Gourmette nous propose la façon madeleines et y rajoute de la fève tonka mais comme je n’avais ni moules adéquats ni fèves, j’ai fait l’essai nature (en ajoutant un peu de vanille liquide) dans des petits moules à cup cake et le résultat est impeccable aussi, n’en déplaise à monsieur Proust.

Madeleines par Gourmiland

Madeleines par Gourmiland

Voici donc ce qu’il vous faut:

INGREDIENTS

  • 3 oeufs
  • 120g de sucre semoule
  • 140g de farine
  • un demi sachet de levure chimique
  • une pincée de sel
  • 120g de beurre
  • 1 cuillère à café de vanille liquide (si vous voulez)

 

LA RECETTE

  1. Faire fondre le beurre doucement.
  2. Pendant ce temps, battre les œufs avec le sucre jusqu’à blanchiment du mélange.
  3. Ajoutez ensuite la farine, la levure, le sel, mélangez bien.
  4. Ajoutez enfin le beurre fondu et la vanille.

Puis, et voilà tout le secret de cette simplissime recette, mettez votre pâte au réfrigérateur pendant 1 heure. Au terme de ce temps vous allez obtenir un mélange bien mousseux et onctueux.

Remplir vos moules au 2/3 et cuire 10 à 15 minutes à 210°.

Vos petits gâteaux sont bien dorés.

Laissez refroidir un peu puis démoulez sur une grille.

Ils se conservent très bien plusieurs jours dans une boîte en fer.

Voilà, vous n’avez plus qu’à vous faire un bon thé!

Encore merci à GOURMILAND pour ce partage et n’hésitez pas à visiter son sympathique blog entièrement dédié à la cuisine et rempli de recettes délicieuses.

 

Ghribas à la semoule

Couleurs du Maroc

Couleurs du Maroc

La cuisine française est l’une des meilleure du monde c’est ce que l’on entend souvent dire et je partage grandement cet avis. Mais une autre cuisine, qui renferme également des merveilles et qui mérite d’être mise à l’honneur, est sans conteste la cuisine  orientale et notamment la cuisine marocaine.

La gamme des « Pâtisseries orientales » offre une grande diversité et représente de véritables délices pour celles et ceux qui recherchent des saveurs et des textures différentes. J’ai eu la grande chance de découvrir quelques secrets de fabrication lors de mes voyages au Maroc et je me propose de vous les faire partager ici, petit à petit.

Le seul inconvénient de ces pâtisseries c’est qu’elles sont très riches et demandent un certain  temps de réalisation mais vos efforts seront à coup sûr récompensés.

L’aspect positif est le fait que la plupart de ces gâteaux se conservent  longtemps.

En réelle contradiction avec ce que je viens de dire, et pour vous mettre dans l’ambiance, je vous suggère de commencer par quelque chose de très simple et rapide à réaliser:

les petits Ghribas à la semoule.

Créaconcept

Créaconcept

Un petit gâteau pour le thé, moelleux, au doux parfum de fleur d’oranger, vous n’y résisterez pas.

Soyons bien d’accord, je ne tente pas de rivaliser avec les extraordinaires cuisinières marocaines, je tente juste de vous faire découvrir quelques nouvelles saveurs et de vous faire partager mes découvertes.

Quelques ingrédients

Quelques ingrédients

 CE QU’IL VOUS FAUT POUR 12 PIECES 

180à200g de farine

250g de semoule fine (peu importe la marque mais prenez bien de la fine et non de la moyenne)

5 cuillères à soupe d’huile de colza

4 cuillères à soupe de fleur d’oranger

1 sachet de sucre vanillé

2 oeufs entiers

60g de sucre fin

1/2 sachet de levure chimique

1 pincée de sel

les zestes d’un demi citron

du sucre glace facultatif

 

USTENSILES

1 saladier ou cul de poule

1pinceau

1 fouet

1 plaque de four

du papier sulfurisé

 

 

REALISATION

 

  • Battre les œufs avec les sucres.
  • Ajouter l’huile, les zestes de citron râpés et les 3 cuillères de fleur d’oranger.
  • Ajouter la semoule d’un coup.
  • Mélanger la levure à la farine.
  • Ajouter d’abord 160g de farine, malaxer bien à la main, puis rajouter le reste de farine petit à petit jusqu’à obtenir une boule de pâte assez ferme qui colle peu. On rajoute donc entre 20 et 40g. Sécher vos mains à la farine.
  • Travailler bien.
  • Façonner des petites boules de la taille d’un gros œuf en les roulant dans le creux de la main. Aidez-vous d’un peu de farine si les boules collent .
  • Déposez-les sur le papier sulfurisé et les badigeonnez généreusement de fleur d’oranger à l’aide du pinceau.

CUISSON

  • Enfourner Th4 (180°) pendant 12à14 minutes, chaleur tournante si vous avez. Les gâteaux restent blancs et légèrement dorés en dessous. Ils doivent craqueler joliment sur le dessus.

 

   CONSERVATION

  • plusieurs jours dans une boîte en fer.

 

NB: Vous pouvez remplacer une partie de la farine par de la poudre d’amandes,(soit 100g de poudre d’amandes et 40g de farine) ce qui est plus conforme à la recette originale mais plus coûteux. Le « tout farine » est néanmoins délicieux n’en déplaise aux puristes qui s’arracheront peut être les cheveux de voir des ghribas sans amandes, pardon à eux.

Vous pouvez également les recouvrir de sucre glace pour un plus bel aspect.