Une petite tourte aux poireaux, ou aux champignons, ou aux poivrons…ça vous dit?

Hello ami(e)s de la blogosphère! j’espère que vous allez bien!

Permettez moi au passage de saluer tout particulièrement les nouvelles adorables personnes qui ont eu la gentillesse de s’abonner à mon ch’tit blog tout dernièrement 🙂 et de les en remercier chaleureusement! elles se reconnaîtront sans doute  🙂 .

Ceci fait, c’est bientôt l’heure de passer à table et ça me donne envie de partager avec vous ma petite recette de tourte aux poireaux simplissime car les choses simples, moi  j’aime bien, ça facilite la vie non?

 

 

Je vous entends crier « au secours! les poireaux quelle horreur, je déteste !!! », rassurez vous, cette tourte peut aussi se faire avec des champignons ou encore des poivrons, c’est bien bon aussi 🙂

Le truc en fait c’est qu’il n’y a pas d’œuf pour la réaliser car je ne sais pas vous, mais moi le genre quiche pleine d’œuf ça ne passe pas trop.

Allez, mon cuisinier vous invite! c’est parti!

♥ Vous aurez besoin de quelques ingrédients:

  • 2 à 3 beaux poireaux, vous pouvez mettre un peu de vert
  • 1 gros oignon
  • 1 gousse d’ail si vous aimez
  • 20cl de crème fraîche épaisse (le petit pot classique) de préférence à 30% de matières grasses si vous pouvez c’est plus savoureux
  • 100 gr de gruyère râpé
  • de la sauce tomate en tube, celle aux petits légumes par exemple est sympa (et très pratique!)
  • 1 pâte feuilletée industrielle
  • de l’huile d’olive
  • du curry, des herbes de Provence, sel et poivre

 

Prévoyez un moule à tarte de préférence assez haut si vous avez.

 

 

 

♥ A vous de jouer!

 

  • Faites revenir l’oignon dans une grande poêle ou une sauteuse avec votre huile d’olive
  • pendant ce temps, coupez vos poireaux en tronçons moyens et lavez les bien
  • quand les oignons sont dorés, ajoutez y les poireaux
  • assaisonnez généreusement avec le curry, sel, poivre et herbes, mélangez bien et après 5 minutes ajoutez 2 verres d’eau, couvrez et laissez cuire à feu doux pendant 30 à 45 minutes en vérifiant l’eau de temps en temps (il n’en faut pas trop mais il ne faut pas que ça brûle bien sûr!)
  • quand les poireaux sont presque cuits, déroulez votre pâte feuilletée sur votre moule, piquez le fond à l’aide d’une fourchette
  • déposez y les poireaux en prenant soin de les prélever avec une écumoire histoire de mettre le moins d’eau possible sur votre pâte
  • mélangez la crème fraîche avec environ 3 cuillères à soupe de sauce tomate, salez un peu
  • répartissez parfaitement votre crème sur les poireaux et saupoudrez de gruyère râpé
  • rabattez les bords de la pâte comme sur ma petite photo

 

  • et hop au four pendant 35 à 40 minutes à 200°, à surveiller,  la tourte est cuite quand elle est bien dorée.

Comme je vous l’ai dit plus haut si vous n’aimez pas trop les poireaux cette tourte peut se faire sur le même principe avec des champignons, des poivrons ou même les deux ensemble.

Vous pouvez également y ajouter 2 merguez coupées en petits morceaux et revenues avec vos oignons (mettez moins d’huile du coup car la merguez en rejette beaucoup) qui relèveront encore un peu plus cette petite tourte.

Accompagnée d’une salade bien assaisonnée, elle vous fera un sympathique repas facile et assez rapide à préparer!

 

Bon appétit!!!

Publicités

Mon Brownie au chocolat, un gâteau très très très…

 

Voici un gâteau vraiment très :

♥ très facile

♥ très rapide

♥ très léger

♥ très bon

C’est le week-end, il y a mille choses à faire et vous n’avez pas trop le temps de cuisiner mais vous voudriez tout de même faire un petit plaisir à vos proches pour un sympathique goûter en famille. Optez donc pour un petit brownie!

Ce gâteau d’une simplicité enfantine a la particularité de se confectionner avec seulement 40 grammes de farine et aucune levure. Ceci le rend très léger et moelleux. Il se réalise en un tour de main et ne nécessite que 20 minutes de cuisson. Le top quoi!

Vous aurez besoin de quelques ingrédients:

  •  90g de beurre ou margarine
  •  110g de cassonade à la vanille (c’est meilleur) ou de sucre fin
  •  100g de chocolat à cuire
  •  40g de farine
  •  2 oeufs entiers
  •  1 pincée de sel
  • 50 g de pralin (ce mélange d’amandes/noisettes concassées que l’on trouve en grandes surfaces. A défaut vous pouvez utiliser des amandes entières que vous concasserez vous même, ou encore ne pas mettre de pralin du tout, le gâteau sera tout de même très bon)

 

Mais aussi de quelques ustensiles :

  • 1 saladier
  • 1 fouet
  • 1 petite casserole
  • 1 plat à four rectangulaire si vous avez type Pirex par exemple
  • du papier sulfurisé si vous voulez

 

Côté cuisson :

20 minutes à 180°, grille à mi-hauteur

 

A vous de jouer!

  • cassez le chocolat en morceaux et le faire fondre à feu minimum avec le beurre dans votre casserole (retirez du feu dès que l’ensemble est fondu, ne laissez surtout pas cuire!)
  • pendant ce temps, dans un saladier, mélangez bien les œufs entiers avec la cassonade (ou le sucre)
  • rajoutez la farine
  • rajoutez le pralin
  • mélangez bien le chocolat/beurre au fouet et l’ajouter au mélange précédent
  • pour le plat deux solutions :
  1. utilisez du papier sulfurisé pour couvrir la surface
  2. beurrez généreusement le plat puis le chemiser* avec un peu de farine en prenant soin d’enlever l’excédent
  • versez-y votre préparation
  • cuire comme indiqué
  • découpez directement les parts dans le plat quand le gâteau est refroidi. La première part risque de s’effriter un peu car le gâteau est très moelleux

Vous le conserverez très bien jusqu’au lendemain, couvert d’un papier aluminium, mais je ne suis pas persuadée qu’il résistera jusque là 🙂

 

 

*chemiser : couvrir le beurre d’un plat d’une très fine pellicule de farine

 

Belle rentrée aux petites princesses et aux petits princes

La rentrée c’est une nouvelle aventure qui commence mais ça n’est pas toujours rigolo alors pourquoi ne pas donner un peu de ciel bleu à  nos petites princesses en leur faisant un joli petit plaisir qui les accompagnera durant toute leur année et bien au delà?

Des produits entièrement modelés mains, sans moule, en porcelaine froide, découvrez en tous les détails chez :

ModelingHandCO

 

Pot à crayons Princesse aux nattes blondes et jupe de tulle

 

Princesse Lya

Boîte à lunettes ou téléphone portable Léo le lion et sa copine la grenouille

 

Léo le lion

 

Porte clés, bijoux de sac, de cartables personnalisables sur demande

 

Chibi japonaise renarde

 

Chibi oursonne

 

Chibi rose

 

Chibi bleue

 

Chibi verte

 

Bonne rentrée à toutes et tous:)

Les secrets d’un bon thé à la menthe

Le Maroc est un pays riche de couleurs et de saveurs. Outre ses paysages surprenants et variés, ce pays se distingue par l’accueil que nous font les habitants. Impossible de rendre visite à quelqu’un sans que vous soit offert en ensemble de délicieuses pâtisseries orientales et surtout un thé à la menthe. Au fin fond des douars les plus reculés on vous le servira très chaud et très sucré, avec des œufs durs et du pain maison et malgré la chaleur du pays, étonnamment, il vous désaltérera.

Pour avoir eu la chance de côtoyer des maîtresses de maison marocaines j’ai pu voir comment réaliser un thé à la menthe digne de ce nom et m’en vais vous faire partager ce plaisir.

Pour réussir un bon thé il vous faudra bien sûr du thé 🙂

Prenez du thé vert, bien qu’il soit de Chine c’est celui là qu’il vous faut. Achetez le séché, en boîte cartonnée que l’on trouve un peu partout en grandes surfaces et qui conserve très longtemps. Pensez à bien refermer le sachet ou à le conserver dans un bocal hermétique. N’utilisez surtout pas de thé en petit sachet.

Il vous faudra évidemment de la menthe. Prenez-la fraîche car c’est elle qui donne un goût incomparable au breuvage, la menthe séchée est une alternative mais sera beaucoup moins puissante en bouche.

La menthe est quelque chose qui se cultive très facilement dans le jardin mais aussi sur un petit balcon ou même en pot de terre cuite dans un bon terreau. Il se vend différentes sortes de menthe en pot dans les jardineries par exemple. Choisissez la menthe marocaine (comme sur la photo)  que l’on reconnaît à ses feuilles plus larges, bien vertes, assez épaisses et bien nervurées. Laissez la catégorie aux feuilles étroites et fines. Repiquez un pied au printemps et vous aurez de la menthe jusqu’en septembre, octobre. Attention elle a tendance à faire de nombreuses racines et à s’étaler, surtout quand elle est en pleine terre, donc n’en mettez pas trop si vous ne voulez pas être vite envahi. Les abeilles en sont folles, ainsi en mettant de la menthe dans votre jardin vous contribuerez à leur sauvegarde si importante pour notre planète.

Lorsqu’elle a fait de belles et grandes feuilles vous pouvez vous en servir. Évitez d’attendre qu’elle fleurisse. Coupez les tiges très à ras du sol afin que la pousse reprenne.

Faites bouillir un litre d’eau. Munissez vous ensuite de votre théière qu’il est toujours mieux d’ébouillanter au préalable. N’importe quel type de théière fonctionne même si celle sur la photo fait davantage couleur locale. Pour une quantité d’environ 800 grammes d’eau,  mettez au fond une cuillère à café rase de thé.

Quand votre eau commence à être chaude, mettez en un peu sur votre cuillerée de thé (l’équivalent d’un petit verre). Il faut juste que les grains soient couverts d’à peine un centimètre. Laissez ainsi environ 10 minutes, temps au bout duquel  les feuilles se seront ouvertes et auront laissé échapper leur amertume.

 

 

Videz cette première eau. Ajoutez dans la théière votre menthe bien lavée, l’équivalent de 4 belles branches au moins, et 10 morceaux de sucre pour avoir un thé riche en goût (un peu moins si votre théière est plus petite.)

Versez votre eau bouillante sur le tout jusqu’en haut du récipient, couvrez et attendez au moins 10 minutes pour que la boisson infuse.

Versez un verre de thé que vous remettrez dans la théière, chose que vous referez une seconde fois. Vous pourrez le goûtez à ce moment là pour voir si la menthe a bien libéré tout son arôme, si ça n’est pas le cas laissez encore infuser quelques minutes mais pas trop car votre boisson deviendra trop forte.

Vous voilà donc dans le secret des Dieux, vous n’avez plus qu’à vous régaler et à vous offrir par la pensée, en dégustant cette boisson unique,  une petite virée du côté de Chefchaouen ou de Fès.

Et pour l’accompagner, essayez donc mes faciles petits ghribas à la semoule

 

La confiture de prunes rouges

En ces jolis mois d’été, les étals des marchés regorgent de fruits juteux et savoureux. C’est donc le plein moment pour penser à se fabriquer quelques bonnes réserves de confitures pour l’hiver.

Mon pêché mignon est sans nul doute le travail de la prune rouge qui donne une confiture légèrement acidulée et très riche en goût.

Mais comment procéder me direz-vous pour obtenir un résultat satisfaisant?

Le grand secret pour réussir une bonne confiture réside dans la préparation des fruits et surtout leur cuisson qui est l’élément déterminant.

Permettez-moi de vous livrer ici ma façon de procéder, qui si vous la respectez bien vous donnera entière satisfaction.

  •  Choisissez de belles prunes rouges bordeaux, mûres à point, sans blessures, ni coups. Si vos fruits sont encore un peu fermes, laissez-les mûrir quelques jours avant de les utiliser. Un fruit bien mûr permettra aux noyaux de se détacher très facilement, ce qui est bien pratique, vous le verrez.
  • Éviter de cuire une trop grande quantité à la fois: 1,5kg de fruits est la quantité idéale. Ce poids vous permettra d’obtenir 4 pots de 350g.

Ces deux points importants exposés, passons à la réalisation.

  • Dans l’après-midi, la veille, peser vos fruits, lavez-les et essuyez les bien.
  • Prenez une grande sauteuse anti-adhésive et découpez vos prunes en petits morceaux tout autour du noyau. Laissez les noyaux avec les fruits, vous les retirerez en fin de cuisson.
  • Pesez la moitié du poids des fruits en sucre cristallisé soit 750g. N’essayez pas d’utiliser un sucre fin, vous gâcheriez tout! Les sucres « spécial confiture » comme il en existe dans le commerce n’ont pas ma préférence car ils ne permettent pas une lente cuisson du fruit. Pour faire de bonnes choses, il faut du temps!
  • Répartissez ce sucre sur vos fruits découpés, bien uniformément.
  • Puis à ce stade, laissez reposer le tout jusqu’au lendemain matin. Vous pouvez mettre le couvercle de votre sauteuse mais sans le fermer complètement pour éviter la fermentation.
  • Après avoir reposé plus d’une nuit, vos fruits sont prêts pour passer à la cuisson. Un beau jus bien rouge c’est formé au fond de votre sauteuse.
utilisez cette pince pour vider l'eau de vos pots

utilisez cette pince pour vider l’eau de vos pots

  • Avant de lancer la flamme, préparez vos pots de confiture vides (personnellement, je les récupère tout au long de l’année, lorsque j’achète des confitures du commerce, les pots font parfaitement l’affaire.)
  • Faire bouillir une grande casserole d’eau, ou utilisez une bouilloire électrique et ébouillantez vos pots ainsi que leur couvercle.
  • Puis les vider de cette eau bouillante et retournez les pots sur un papier absorbant ou un torchon propre. Faites de même avec les couvercles. Il s’agit en effet de stériliser les pots pour assurer une parfaite conservation de votre confiture, toute l’année durant.
  • Ceci fait, il est temps de débuter la cuisson qui se fera par étapes et qui est primordiale dans la réussite de votre confiture.
  • Démarrez sur une flamme plutôt forte, non pas la puissance maximum mais disons 2 crans en dessous (vous avez souvent des points de repères sur les boutons de gaz, prenez ainsi le point le plus élevé et baissez de 2 crans).
  • Utilisez un minuteur ou votre montre et comptez 10 premières minutes (démarrez le décompte dès que la sauteuse est sur la flamme). Au bout de 5 minutes environ, vous allez voir apparaître une grosse écume bien mousseuse. A l’aide d’une écumette retirez la délicatement en prenant soin de ne pas ôter de fruits.
  • Au bout des 10 minutes, baissez la flamme d’une graduation et comptez 5 minutes de plus. L’écume va être un peu moins importante mais continuez de l’enlever.
  • Les 5 minutes passées, baissez encore une fois d’une graduation et comptez encore 5 nouvelles minutes. L’écume à ce stade a presque disparu.
  • Au terme de ces 20 minutes (au total), baissez une dernière fois d’une graduation votre gaz. Vous devez avoir un petit bouillon qu’il faudra poursuivre pendant encore 25 minutes à la même graduation.
  • Écrasez vos fruits au presse purée à main ou à la fourchette. Avant les 10 dernières minutes de cuisson, allez à la pêche aux noyaux. Vous pouvez très bien les laissez aussi, c’est là une affaire de goût. Écrasez à nouveau.
les outils indispensables

les outils indispensables

 

  • 45 minutes sont passées, vous pouvez couper votre gaz.
  • A l’aide d’une louche, remplissez immédiatement vos 4 pots stérilisés bien à ras bord. Attention de ne pas vous brûler!
  • Essuyez grossièrement à l’aide d’un essuie-tout vos pots et fermez sans plus attendre avec le couvercle en serrant le plus fort possible. Puis retournez vos pots. Cette astuce assurera une parfaite fermeture de vos confitures et évitera que de l’air ne s’infiltre. La conservation est ainsi optimale.
  • Laissez vos pots dans cet état jusqu’en fin de soirée. A ce moment là, vous pourrez les retourner et les nettoyer convenablement.

Si vous avez respecté ces quelques consignes simples, vous aurez réussi une délicieuse confiture, légèrement acidulée, riche en goût, pas trop épaisse, qui se tartinera à merveille et vous aurez ainsi le plaisir de la déguster toute l’année.