Entretien de vos bijoux, 1ere partie

Des conseils pour le nettoyage de vos bijoux à découvrir sur le blog de Marie Christine alias Boutique Astrallia. N’hésitez pas également à visiter sa jolie boutique sur Un Grand Marché, elle fait des merveilles dans son petit coin de France où chantent les cigales!

Boutique Astrallia

Bonjour tous le monde !

J’espère que vous allez bien, tout comme moi 😉

Ici l’automne s’installe doucement, « les feuilles mortes se ramassent à la pelle » elles vont au compost et les bulbes de printemps sont en place 😉

Suite à la demande d’une de mes plus fidèles clientes et après avoir fait pas mal de recherches sur le Net, en y ajoutant mes expériences personnelles, voici quelques conseils pour entretenir vos bijoux !

Conseils généraux :

Agir toujours avec douceur !

Rassemblez tout ce dont vous aurez besoin avant de commencer et suivant les bijoux à nettoyer : liquide vaisselle, eau tiède, vieille brosse à dent, chiffon en coton ou essuie-tout, huile, huile d’olive, etc.

Pour ma part je me place à côté de mon évier, juste en face d’une fenêtre, car il est plus confortable d’être bien éclairé pour faire ce travail.

Perles en bois d’olivier :

Appliquer de temps en temps un…

Voir l’article original 310 mots de plus

Publicités

Parodontite : au cas où vous auriez une dent contre votre dentiste !

La vieillesse apporte la sagesse dit-on souvent, je ne sais pas si c’est vrai mais en tout cas elle engendre son lot de petits et gros bobos, ça c’est sûr ! Si certains sont bien visibles, d’autres au contraire sont tapis dans l’ombre et mijotent sous le couvert durant des années puis un jour décident de prendre place à votre table.

C’est le cas de la parodontite. Mais qu’est ce que c’est que cette bête là me direz-vous ? Allez, comme vous êtes sympa je vous explique 🙂

Imaginez qu’un bon matin, en mordant dans votre bon morceau de baguette fraîche vous vous aperceviez qu’une de vos dents bouge. Vous allez aussi sec rendre visite à votre dentiste favori, vous savez celui qui vous « soigne » depuis dix ans et qui vous dit depuis tout ce temps en poussant la chansonnette que tout va toujours bien, que le tartre c’est bon pour les autres mais sûrement pas pour vous, que vous pouvez croquer la vie à pleines dents et que venir lui faire un petit bonjour une fois par an c’est bien suffisant !

Sauf que ce coup-ci, il vous tient un tout autre discours !

_ Effectivement vos dents bougent ma petite dame, vous faites une parodontite car le tartre s’est accumulé en dessous des gencives. Lire la suite

Venise, son carnaval et ses masques, un rêve éveillé

Comme un écrin de beauté hors du temps posé sur notre planète, Venise la merveilleuse a accueilli, comme chaque année en février, son fabuleux carnaval.

Photo T. Kyrann©

Durant dix jours, la cité des Doges se transforme en un gigantesque théâtre à ciel ouvert et les personnages costumés se regroupent sur la place Saint Marc pour le plus grand bonheur des visiteurs. Ils arpentent aussi les rues de la ville et au détour d’une venelle vous pourrez croiser l’incroyable, le magnifique, l’irréel.

Que vous soyez bien ou moins bien déguisés, chacun peut s’inviter à la fête.

Photo T. Kyrann
Photo T. Kyrann

Toutes sortes de costumes se côtoient et même si l’époque de la Renaissance est plébiscitée, vous pourrez rencontrer des vêtements historiques des diverses royautés, des peuples grecs, égyptiens ou scandinaves …

Un peu d’histoire

Il faut remonter au Moyen Âge, (vers 1094) pour trouver  les premières célébrations du carnaval. A l’époque il s’agissait d’une fête religieuse, celle de la Chandeleur, couplée à la commémoration d’un épisode légendaire de la ville, la fête des douze Marie. Cette fête mettait à l’honneur la victoire de Venise sur les pirates qui avaient enlevé en 972, douze jeunes fiancées.

photo T. Kyrann©
photo T. Kyrann©

De nos jours, douze jeunes filles sont toujours portées en cortège et on élit la plus belle Marie. C’est à la Marie de l’année précédente d’inaugurer l’ouverture du carnaval en effectuant le célèbre vol de l’ange. Il fait référence à la prouesse d’un turc qui aurait, selon la légende, rejoint le campanile de la place Saint Marc (une tour de 98 mètres de haut) depuis son bateau et ce en marchant sur une corde. Je vous rassure, la Marie d’aujourd’hui ne réitère plus cet exploit mais doit tout de même descendre la tour accrochée à un filin.

Les masques
Photo T. Kyrann©

La fonction première du masque porté au carnaval était de dissimuler le visage pour permettre aux participants d’inverser les rôles et de transgresser les interdits pour s’amuser en toute liberté. Le pauvre pouvait devenir le riche et vice versa.

Même si les masques « made in China » fabriqués en série, peu chers et de maigre qualité, se vendent désormais là-bas, ils sont encore nombreux à être fabriqués à la main par des artisans locaux que l’on peut voir travailler dans leur échoppe.

Photo T. Kyrann©

Les masques sont le plus souvent réalisés en papier mâché (cartapesta) mais cette matière supporte mal la chaleur.  Les personnes qui se déguisent préfèrent les masques en résine dont l’intérieur peut se nettoyer. Les Maschereri, les artisans du masque, les décorent d’arabesques, de perles, de tissu, de dentelles et de plumes en tout genre pour en faire des pièces uniques, véritables petites œuvres d’art.

Photo T. Kyrann©
Volto

Les masques sont très divers, mais le masque de base est le Volto blanc. Les plus connus s’inspirent de ce théâtre d’improvisation italien du XVIe siècle la commedia dell’arte. Ainsi Arlequin, Pierrot ou Colombine restent très prisés au carnaval.

Bauta

On trouve également au rang des masques très célèbres la bauta et le dottore della pesta. La bauta, ce masque étrange faisant partie du déguisement vénitien typique, date du XVIIe siècle. Il était l’apanage de la noblesse que la République vénitienne exhortait à ne pas faire étalage de ses richesses. Accompagné du tabaro, la longue cape noire, ainsi que du tricorno, chapeau tricorne triangulaire, le noble fortuné pouvait se promener parfaitement incognito.

e96277fe87f39bffee53482624f56229Le second, très singulier lui aussi, symbolise l’habit que portaient les médecins de la peste, maladie qui fit de nombreux ravages à Venise à diverses époques passées.

Medecin

Le nez de ce masque, en forme de grand bec allongé contenait des fleurs et herbes aromatiques pour éloigner la puanteur. Le reste de l’habit, tunique de toile enduite, était censé protéger de la contagion et le long bâton évitait au médecin de toucher les malades.

Photo T. Kyrann

Depuis 1980, le renouveau du carnaval a ajouté davantage de couleurs et d’attributs aux masques qui restent blancs à la base et dont les formes continuent de s’inspirer de celles du XVIIIè siècle. Les costumés se laissent volontiers photographier et leur déguisement sont un vrai ravissement pour les yeux.

Petites broches et jolies photos pour vous transporter à Venise

Ce ne sont pas mes vieux os, ni mes douleurs qui ont pu m’emmener en voyage à Venise, hélas, mais plutôt le récit de mon fils bien aimé qui a eu ce bonheur cette année.

Photos T Kyrann©

Il en a rapporté de sublimes photos. Elles m’ont confortée dans l’idée que m’avait suggérée Christine, mon amie créatrice de la boutique Opale Isis, qui peint de magnifiques toiles sur Venise. Cette idée était de créer de petits masques vénitiens. J’ai enfin résolu le problème de la conception du visage, si délicat à surmonter compte tenu de la petitesse du modelage et réalisé quelques modèles dont certains illustrent cet article.

Broche MHC

Ces petits masques sont en fait des broches à porter sur un vêtement.

Ces divines photos de costumes grands formats ou en cartes de voeux, sont  disponibles dans ma boutique Etsy  et les broches suivront, si vous aussi vous souhaitez voyager un peu.

J’espère que vous aurez plaisir à les découvrir et si vous avez des questions à leur sujet n’hésitez pas à me contacter.

Côté pratique

Si vous voulez vous rendre au Carnaval de Venise, préparez et réservez votre voyage bien à l’avance pour obtenir les meilleurs prix au niveau des transports (par exemple un train de nuit) et sachez aussi que que le bon plan pour se loger à Venise reste le « airbnb » qui vous permettra de dormir chez l’habitant pour une somme raisonnable. Vous pourrez trouver également une chambre dans un monastère pour un prix modique, par contre il n’existe pas d’auberges de jeunesse dans Venise même.

Si vous souhaitez vous déguiser, la location d’un beau costume coûte au minimum entre 300 et 700 euros à la journée et vous pourrez trouver de vrais masques entre 15 et 60 euros.

Avant de vous quitter, je dédie cet article à mon fils chéri, ma plus belle réussite et à ma talentueuse  amie Christine d’OpaleIsis que j’embrasse si elle passe par ici.

Superbe fin de semaine mes Bloguivores 🙂

Parlez moi d’amour… le temps de la Saint Valentin!

MHC©

Hello, mes Bloguivores!

Me revoici avec mon petit blog bien aimé auquel j’ai fait subir un grand nettoyage de printemps vraiment nécessaire (si, si le printemps n’est plus très loin, je vous assure!). Il reste encore quelques chaudrons à faire reluire mais les lutins que j’avais embauchés pour ça s’en sont retournés dormir, bien trop épuisés par leur précédent employeur, le Père Noël! Du coup il subsiste quelques poussières sous les tapis qui finiront par s’envoler bientôt.

Trêve de plaisanterie, pour le moment au lieu de faire le ménage j’avais plutôt envie de vous parler d’amour puisque la fête de la Saint Valentin va, comme chaque année, bientôt remontrer le bout de son nez le 14 février prochain.

Mais par tous les saints! qui était ce Valentin?

On peut se demander aujourd’hui d’où vient cette tradition de fêter les amoureux ce jour là et qui était ce saint protecteur de l’amour? En fait entre les historiens c’est plutôt l’amour « vache » car ils ne sont pas tellement d’accord entre eux quant à l’origine de cette célébration et plusieurs théories sont avancées sans que l’on puisse en déterminer la valeur.

L’une d’entre elle semble avoir un peu plus l’avantage.

L’affaire se passe à Rome vers 270 après JC. Pour l’empereur Claude II c’est galère galère de recruter les petits gars destinés à faire grossir les rangs des légions romaines et à les encourager à laisser leur peau pour la patrie. Les jeunes gens préfèrent de loin rester dans les bras de leur Falbala et fonder une famille. Du coup notre Claude décide d’interdire purement et simplement les fiançailles et les mariages dans sa contrée. Pas de chance pour lui cependant car dans le coin se trouve un prêtre nommé Valentin qui ne l’entend pas de cette oreille et prend l’initiative de marier en cachette les tourtereaux désireux de s’unir pour la vie. L’histoire ne dit pas s’il a eu le temps de bénir beaucoup de couples car furax notre empereur le fait emprisonner vite fait et accessoirement décapiter… un 14 février! eh oui, ça ne rigolait pas à l’époque!

Cependant, l’association de St Valentin à la fête des amoureux remonterait plutôt au Moyen Âge quand tous les 14 février des jeunes gens s’amusaient à une sorte de loterie de l’amour inspirée des derniers rites païens, les Lupercales, qui se pratiquaient vers la fin du Ve siècle dans une Rome devenue en grande partie chrétienne. Les jeunes hommes accrochaient à leur manche durant une semaine le prénom tiré au sort d’une belle demoiselle, le « Meetic » hasardeux de l’époque quoi!

Et ailleurs, comment parle t-on d’amour?

Lire la suite

Chiens perdus, sans collier…

Grâce au combat de la fondation 30 millions d’amis, l’animal est, depuis janvier 2015, reconnu dans le code civil comme un « être vivant doué de sensibilité » (art.515-14) et toute personne qui abandonne son animal domestique est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 000 € d’amende et 2 ans de prison depuis la fin des années 90.

Malgré cela, chaque année à l’approche des vacances d’été plus de 60 000 animaux sont laissés sur le bord d’une route, lâchement abandonnés par leur propriétaires pour qui ils sont devenus trop encombrants.

Lire la suite