Recette : Le felfel marocain ou poivrons grillés à l’ail

Salut mes bloguivores ♥

Trop de travail, trop de chaleur et aussi une grosse panne de ma Free box ont fait que j’ai un peu délaissé mon cher petit blog ces derniers temps. Pour le travail j’en ai toujours et au moins jusqu’à Noël (je vous montre pour le plaisir l’épicerie miniature sur laquelle j’étais, entre autre, occupée), pour ma box j’ai adopté le système D car chez Free ils sont tout sauf pressés de dépanner leurs clients, quant à la chaleur elle semble bien partie pour durer encore un moment même si l’on respire un peu mieux aujourd’hui.

Vitrine ModelingHandCO

Qu’à cela ne tienne, je prends quand même mon clavier à deux mains pour vous livrer une petite recette d’été. Comme le soleil nous donne de furieuses envies de barbecue dans le jardin, c’est l’occasion pour moi de vous faire partager un plat que l’on trouve fréquemment sur les tables marocaines et qui nécessite cet accessoire, je veux parler des poivrons grillés à l’ail appelés « felfel » (sorte de traduction phonétique pour le mot poivron en arabe).

Alors bien sûr il faut aimer les goûts très prononcés du poivron et de l’ail me direz vous, mais si c’est le cas, je vous assure que vous allez vous régaler. Ce plat est plutôt un accompagnement servi comme une petite salade et que l’on a plaisir à manger là bas du bout des doigts en s’aidant d’un bon morceau de pain frais. Ici, vous pourrez aussi l’associer à vos grillades en complément de pommes sautées ou de pommes frites, de riz, ou de boulgour par exemple.

 

La recette est simplissime et son secret réside dans le fait que les poivrons sont dépouillés de leur peau ce qui leur permet d’être fondants doux et très agréables en bouche. Lire la suite

Publicités

Vendre ses créations, expérience de créatrice : Lilyperle, la Lily de ma vallée

Nous célébrons aujourd’hui une bien agréable fête puisque c’est celle du travail en ce 1er mai. Agréable par la symbolique qu’il y a derrière mais aussi par la fleur qui la représente, je parle bien sûr du muguet. Son parfum enivrant est incomparable mais malheureusement si éphémère puisque comme toute fleur, le muguet fane, hélas.

Vous pouvez cependant, si votre budget vous le permet, vous offrir ses effluves délectables tout au long de l’année, grâce à monsieur Christian Dior. Cet homme qui sait si bien habiller les femmes, sait aussi les parfumer et a eu l’excellente idée de créer Diorissimo, une fabuleuse eau de toilette qui sent, je vous le donne en mille, le muguet! Si vous n’avez jamais eu le plaisir de le respirer, croyez moi, si vous aimez et cherchez à retrouver cette odeur fidèlement, Diorissimo est le parfum qu’il vous faut (et je n’ai pas d’actions chez Dior rassurez-vous).

Pour la petite histoire, à la Belle Epoque, l’usage voulait que les petites mains qui travaillaient pour les grands couturiers français recevaient un brin de muguet à l’occasion du 1er mai. En hommage à cette ancienne tradition, Christian Dior a choisi le muguet pour emblème de sa maison de couture.

Mais quel est le rapport de tout ceci avec le titre de mon article me direz vous? eh bien il se cache dans Lily, le prénom de la créatrice que j’ai le plaisir de vous présenter aujourd’hui, car muguet dans la belle langue de Shakespeare se dit Lily of the Valley, n’est-ce pas là une consonance merveilleuse? Il faut bien reconnaître que certains mots ou expressions françaises font pâle figure devant leur traduction anglaise et je trouve que c’est vraiment le cas ici.

Ce petit aparté floral et linguistique étant dit, place maintenant au délicat univers d’une femme talentueuse qui a eu la gentillesse de bien vouloir partager avec nous son expérience de créatrice artisanale, je veux donc parler de Lilyperle Lire la suite

Recette Mes cookies « US » de vraies pépites!

Hello mes Bloguivores ♥

Voici un long weekend qui pointe son petit nez devant nous! c’est l’occasion de faire plaisir à sa petite famille et accessoirement à soi en réalisant de bons petits gâteaux pour le goûter. Alors si vous avez envie d’un petit truc au chocolat rapide et super délicieux, je crois avoir  ça pour vous!

Rémy et moi, nous vous proposons cette semaine une recette de cookies aux énormes pépites (ou plutôt morceaux) de chocolat, très simple et plutôt rapide à réaliser qui combleront petits et grands. Ces petites douceurs se conservent très bien pendant au moins 5 à 6 jours, mais survivront-elles jusque là? rien n’est moins sûr!

Le côté le plus agréable de cette recette est apporté par les gros morceaux de chocolat qui restent très présents malgré le passage au four.

Son côté le plus délicat est la cuisson qui doit être très rapide et qu’il faut surveiller pour éviter que les biscuits  brûlent et durcissent. Ne vous inquiétez pas de leur aspect très « mous » lorsqu’ils sortiront du four, c’est tout à fait normal et c’est un gage de réussite. En refroidissant, ils vont se raffermir juste ce qu’il faut pour être moelleux dedans et légèrement craquants dehors. Gourmands attention, vous êtes prévenus! Lire la suite

Quilling Tuto DIY : les carottes de Pâques

Salut mes Bloguivores♥

J’espère que vous allez bien avec ce printemps qui n’est plus très loin! je ne sais pas vous mais moi j’ai des envies de jardinage, repiquer mes salades, penser aux futurs radis biens ronds qui décoreront mes assiettes de crudités et à mes futures tomates qui rougiront de plaisir!

Mais comme avec le jardin il ne faut pas vouloir aller trop vite tant que l’hiver n’est pas terminé, en attendant de planter mes carottes je vous propose de les faire en quilling histoire d’amuser vos enfants et de réaliser avec, une jolie guirlande décorative de Pâques, il parait que les lapins adorent ça!

Boucles d’oreilles lapin carotte MHC – Etsy

Donc voici un petit tuto super simple pour réaliser des carottes avec une technique dérivée du quilling très basique mais amusante. Lire la suite

Grand Corps Malade mais bien dans sa tête!

Grand Corps Malade, un drôle de nom pour un drôle de type avec de drôles de chansons, c’est l’idée (reçue) que j’avais jusqu’à présent de ce slameur atypique et un peu en marge, moi qui suis fan de musique pas trop branchée slam ou rap pourtant. Mais ça comme dirait l’autre c’était avant, avant d’avoir entendu au détour d’une interview télévisée le titre phare de son dernier album, Plan B, sorti en février.

Plan B Grand Corps Malade

Cette chanson s’intitule Dimanche et là, les copines, je ne vous dis pas! chacune d’entre nous a sans doute rêvé un jour secrètement  qu’un mec lui fasse une telle déclaration d’amour! ça vous prend aux tripes, ça vous chamboule et ça vous fait dire qu’il n’y a pas que des  Harvey Weinstein  dans ce bas monde, qu’il y a encore des hommes qui savent parler aux femmes avec force, sincérité et respect.

Vraiment séduite par ce titre, je me suis dit qu’il serait peut être temps d’enrichir ma culture et d’aller écouter le reste de l’album et bien m’en a prit car j’y ai découvert de vraies perles, des textes riches et rares, plein de moments forts, de tendresse et d’émotion mais aussi d’idées bien senties et bien amenées. Lire la suite

Venise, son carnaval et ses masques, un rêve éveillé

Comme un écrin de beauté hors du temps posé sur notre planète, Venise la merveilleuse a accueilli, comme chaque année en février, son fabuleux carnaval.

Photo T. Kyrann©

Durant dix jours, la cité des Doges se transforme en un gigantesque théâtre à ciel ouvert et les personnages costumés se regroupent sur la place Saint Marc pour le plus grand bonheur des visiteurs. Ils arpentent aussi les rues de la ville et au détour d’une venelle vous pourrez croiser l’incroyable, le magnifique, l’irréel.

Que vous soyez bien ou moins bien déguisés, chacun peut s’inviter à la fête.

Photo T. Kyrann
Photo T. Kyrann

Toutes sortes de costumes se côtoient et même si l’époque de la Renaissance est plébiscitée, vous pourrez rencontrer des vêtements historiques des diverses royautés, des peuples grecs, égyptiens ou scandinaves …

Un peu d’histoire

Il faut remonter au Moyen Âge, (vers 1094) pour trouver  les premières célébrations du carnaval. A l’époque il s’agissait d’une fête religieuse, celle de la Chandeleur, couplée à la commémoration d’un épisode légendaire de la ville, la fête des douze Marie. Cette fête mettait à l’honneur la victoire de Venise sur les pirates qui avaient enlevé en 972, douze jeunes fiancées.

photo T. Kyrann©
photo T. Kyrann©

De nos jours, douze jeunes filles sont toujours portées en cortège et on élit la plus belle Marie. C’est à la Marie de l’année précédente d’inaugurer l’ouverture du carnaval en effectuant le célèbre vol de l’ange. Il fait référence à la prouesse d’un turc qui aurait, selon la légende, rejoint le campanile de la place Saint Marc (une tour de 98 mètres de haut) depuis son bateau et ce en marchant sur une corde. Je vous rassure, la Marie d’aujourd’hui ne réitère plus cet exploit mais doit tout de même descendre la tour accrochée à un filin.

Les masques
Photo T. Kyrann©

La fonction première du masque porté au carnaval était de dissimuler le visage pour permettre aux participants d’inverser les rôles et de transgresser les interdits pour s’amuser en toute liberté. Le pauvre pouvait devenir le riche et vice versa.

Même si les masques « made in China » fabriqués en série, peu chers et de maigre qualité, se vendent désormais là-bas, ils sont encore nombreux à être fabriqués à la main par des artisans locaux que l’on peut voir travailler dans leur échoppe.

Photo T. Kyrann©

Les masques sont le plus souvent réalisés en papier mâché (cartapesta) mais cette matière supporte mal la chaleur.  Les personnes qui se déguisent préfèrent les masques en résine dont l’intérieur peut se nettoyer. Les Maschereri, les artisans du masque, les décorent d’arabesques, de perles, de tissu, de dentelles et de plumes en tout genre pour en faire des pièces uniques, véritables petites œuvres d’art.

Photo T. Kyrann©
Volto

Les masques sont très divers, mais le masque de base est le Volto blanc. Les plus connus s’inspirent de ce théâtre d’improvisation italien du XVIe siècle la commedia dell’arte. Ainsi Arlequin, Pierrot ou Colombine restent très prisés au carnaval.

Bauta

On trouve également au rang des masques très célèbres la bauta et le dottore della pesta. La bauta, ce masque étrange faisant partie du déguisement vénitien typique, date du XVIIe siècle. Il était l’apanage de la noblesse que la République vénitienne exhortait à ne pas faire étalage de ses richesses. Accompagné du tabaro, la longue cape noire, ainsi que du tricorno, chapeau tricorne triangulaire, le noble fortuné pouvait se promener parfaitement incognito.

e96277fe87f39bffee53482624f56229Le second, très singulier lui aussi, symbolise l’habit que portaient les médecins de la peste, maladie qui fit de nombreux ravages à Venise à diverses époques passées.

Medecin

Le nez de ce masque, en forme de grand bec allongé contenait des fleurs et herbes aromatiques pour éloigner la puanteur. Le reste de l’habit, tunique de toile enduite, était censé protéger de la contagion et le long bâton évitait au médecin de toucher les malades.

Photo T. Kyrann

Depuis 1980, le renouveau du carnaval a ajouté davantage de couleurs et d’attributs aux masques qui restent blancs à la base et dont les formes continuent de s’inspirer de celles du XVIIIè siècle. Les costumés se laissent volontiers photographier et leur déguisement sont un vrai ravissement pour les yeux.

Petites broches et jolies photos pour vous transporter à Venise

Ce ne sont pas mes vieux os, ni mes douleurs qui ont pu m’emmener en voyage à Venise, hélas, mais plutôt le récit de mon fils bien aimé qui a eu ce bonheur cette année.

Photos T Kyrann©

Il en a rapporté de sublimes photos. Elles m’ont confortée dans l’idée que m’avait suggérée Christine, mon amie créatrice de la boutique Opale Isis, qui peint de magnifiques toiles sur Venise. Cette idée était de créer de petits masques vénitiens. J’ai enfin résolu le problème de la conception du visage, si délicat à surmonter compte tenu de la petitesse du modelage et réalisé quelques modèles dont certains illustrent cet article.

Broche MHC

Ces petits masques sont en fait des broches à porter sur un vêtement.

Ces divines photos de costumes grands formats ou en cartes de voeux, sont  disponibles dans ma boutique Etsy  et les broches suivront, si vous aussi vous souhaitez voyager un peu.

J’espère que vous aurez plaisir à les découvrir et si vous avez des questions à leur sujet n’hésitez pas à me contacter.

Côté pratique

Si vous voulez vous rendre au Carnaval de Venise, préparez et réservez votre voyage bien à l’avance pour obtenir les meilleurs prix au niveau des transports (par exemple un train de nuit) et sachez aussi que que le bon plan pour se loger à Venise reste le « airbnb » qui vous permettra de dormir chez l’habitant pour une somme raisonnable. Vous pourrez trouver également une chambre dans un monastère pour un prix modique, par contre il n’existe pas d’auberges de jeunesse dans Venise même.

Si vous souhaitez vous déguiser, la location d’un beau costume coûte au minimum entre 300 et 700 euros à la journée et vous pourrez trouver de vrais masques entre 15 et 60 euros.

Avant de vous quitter, je dédie cet article à mon fils chéri, ma plus belle réussite et à ma talentueuse  amie Christine d’OpaleIsis que j’embrasse si elle passe par ici.

Superbe fin de semaine mes Bloguivores 🙂