Les secrets d’un bon thé à la menthe

Le Maroc est un pays riche de couleurs et de saveurs. Outre ses paysages surprenants et variés, ce pays se distingue par l’accueil que nous font les habitants. Impossible de rendre visite à quelqu’un sans que vous soit offert en ensemble de délicieuses pâtisseries orientales et surtout un thé à la menthe. Au fin fond des douars les plus reculés on vous le servira très chaud et très sucré, avec des œufs durs et du pain maison et malgré la chaleur du pays, étonnamment, il vous désaltérera.

Pour avoir eu la chance de côtoyer des maîtresses de maison marocaines j’ai pu voir comment réaliser un thé à la menthe digne de ce nom et m’en vais vous faire partager ce plaisir.

Pour réussir un bon thé il vous faudra bien sûr du thé 🙂

Prenez du thé vert, bien qu’il soit de Chine c’est celui là qu’il vous faut. Achetez le séché, en boîte cartonnée que l’on trouve un peu partout en grandes surfaces et qui conserve très longtemps. Pensez à bien refermer le sachet ou à le conserver dans un bocal hermétique. N’utilisez surtout pas de thé en petit sachet.

Il vous faudra évidemment de la menthe. Prenez-la fraîche car c’est elle qui donne un goût incomparable au breuvage, la menthe séchée est une alternative mais sera beaucoup moins puissante en bouche.

La menthe est quelque chose qui se cultive très facilement dans le jardin mais aussi sur un petit balcon ou même en pot de terre cuite dans un bon terreau. Il se vend différentes sortes de menthe en pot dans les jardineries par exemple. Choisissez la menthe marocaine (comme sur la photo)  que l’on reconnaît à ses feuilles plus larges, bien vertes, assez épaisses et bien nervurées. Laissez la catégorie aux feuilles étroites et fines. Repiquez un pied au printemps et vous aurez de la menthe jusqu’en septembre, octobre. Attention elle a tendance à faire de nombreuses racines et à s’étaler, surtout quand elle est en pleine terre, donc n’en mettez pas trop si vous ne voulez pas être vite envahi. Les abeilles en sont folles, ainsi en mettant de la menthe dans votre jardin vous contribuerez à leur sauvegarde si importante pour notre planète.

Lorsqu’elle a fait de belles et grandes feuilles vous pouvez vous en servir. Évitez d’attendre qu’elle fleurisse. Coupez les tiges très à ras du sol afin que la pousse reprenne.

Faites bouillir un litre d’eau. Munissez vous ensuite de votre théière qu’il est toujours mieux d’ébouillanter au préalable. N’importe quel type de théière fonctionne même si celle sur la photo fait davantage couleur locale. Pour une quantité d’environ 800 grammes d’eau,  mettez au fond une cuillère à café rase de thé.

Quand votre eau commence à être chaude, mettez en un peu sur votre cuillerée de thé (l’équivalent d’un petit verre). Il faut juste que les grains soient couverts d’à peine un centimètre. Laissez ainsi environ 10 minutes, temps au bout duquel  les feuilles se seront ouvertes et auront laissé échapper leur amertume.

 

 

Videz cette première eau. Ajoutez dans la théière votre menthe bien lavée, l’équivalent de 4 belles branches au moins, et 10 morceaux de sucre pour avoir un thé riche en goût (un peu moins si votre théière est plus petite.)

Versez votre eau bouillante sur le tout jusqu’en haut du récipient, couvrez et attendez au moins 10 minutes pour que la boisson infuse.

Versez un verre de thé que vous remettrez dans la théière, chose que vous referez une seconde fois. Vous pourrez le goûtez à ce moment là pour voir si la menthe a bien libéré tout son arôme, si ça n’est pas le cas laissez encore infuser quelques minutes mais pas trop car votre boisson deviendra trop forte.

Vous voilà donc dans le secret des Dieux, vous n’avez plus qu’à vous régaler et à vous offrir par la pensée, en dégustant cette boisson unique,  une petite virée du côté de Chefchaouen ou de Fès.

Et pour l’accompagner, essayez donc mes faciles petits ghribas à la semoule

 

La confiture de prunes rouges

En ces jolis mois d’été, les étals des marchés regorgent de fruits juteux et savoureux. C’est donc le plein moment pour penser à se fabriquer quelques bonnes réserves de confitures pour l’hiver.

Mon pêché mignon est sans nul doute le travail de la prune rouge qui donne une confiture légèrement acidulée et très riche en goût.

Mais comment procéder me direz-vous pour obtenir un résultat satisfaisant?

Le grand secret pour réussir une bonne confiture réside dans la préparation des fruits et surtout leur cuisson qui est l’élément déterminant.

Permettez-moi de vous livrer ici ma façon de procéder, qui si vous la respectez bien vous donnera entière satisfaction.

  •  Choisissez de belles prunes rouges bordeaux, mûres à point, sans blessures, ni coups. Si vos fruits sont encore un peu fermes, laissez-les mûrir quelques jours avant de les utiliser. Un fruit bien mûr permettra aux noyaux de se détacher très facilement, ce qui est bien pratique, vous le verrez.
  • Éviter de cuire une trop grande quantité à la fois: 1,5kg de fruits est la quantité idéale. Ce poids vous permettra d’obtenir 4 pots de 350g.

Ces deux points importants exposés, passons à la réalisation.

  • Dans l’après-midi, la veille, peser vos fruits, lavez-les et essuyez les bien.
  • Prenez une grande sauteuse anti-adhésive et découpez vos prunes en petits morceaux tout autour du noyau. Laissez les noyaux avec les fruits, vous les retirerez en fin de cuisson.
  • Pesez la moitié du poids des fruits en sucre cristallisé soit 750g. N’essayez pas d’utiliser un sucre fin, vous gâcheriez tout! Les sucres « spécial confiture » comme il en existe dans le commerce n’ont pas ma préférence car ils ne permettent pas une lente cuisson du fruit. Pour faire de bonnes choses, il faut du temps!
  • Répartissez ce sucre sur vos fruits découpés, bien uniformément.
  • Puis à ce stade, laissez reposer le tout jusqu’au lendemain matin. Vous pouvez mettre le couvercle de votre sauteuse mais sans le fermer complètement pour éviter la fermentation.
  • Après avoir reposé plus d’une nuit, vos fruits sont prêts pour passer à la cuisson. Un beau jus bien rouge c’est formé au fond de votre sauteuse.
utilisez cette pince pour vider l'eau de vos pots

utilisez cette pince pour vider l’eau de vos pots

  • Avant de lancer la flamme, préparez vos pots de confiture vides (personnellement, je les récupère tout au long de l’année, lorsque j’achète des confitures du commerce, les pots font parfaitement l’affaire.)
  • Faire bouillir une grande casserole d’eau, ou utilisez une bouilloire électrique et ébouillantez vos pots ainsi que leur couvercle.
  • Puis les vider de cette eau bouillante et retournez les pots sur un papier absorbant ou un torchon propre. Faites de même avec les couvercles. Il s’agit en effet de stériliser les pots pour assurer une parfaite conservation de votre confiture, toute l’année durant.
  • Ceci fait, il est temps de débuter la cuisson qui se fera par étapes et qui est primordiale dans la réussite de votre confiture.
  • Démarrez sur une flamme plutôt forte, non pas la puissance maximum mais disons 2 crans en dessous (vous avez souvent des points de repères sur les boutons de gaz, prenez ainsi le point le plus élevé et baissez de 2 crans).
  • Utilisez un minuteur ou votre montre et comptez 10 premières minutes (démarrez le décompte dès que la sauteuse est sur la flamme). Au bout de 5 minutes environ, vous allez voir apparaître une grosse écume bien mousseuse. A l’aide d’une écumette retirez la délicatement en prenant soin de ne pas ôter de fruits.
  • Au bout des 10 minutes, baissez la flamme d’une graduation et comptez 5 minutes de plus. L’écume va être un peu moins importante mais continuez de l’enlever.
  • Les 5 minutes passées, baissez encore une fois d’une graduation et comptez encore 5 nouvelles minutes. L’écume à ce stade a presque disparu.
  • Au terme de ces 20 minutes (au total), baissez une dernière fois d’une graduation votre gaz. Vous devez avoir un petit bouillon qu’il faudra poursuivre pendant encore 25 minutes à la même graduation.
  • Écrasez vos fruits au presse purée à main ou à la fourchette. Avant les 10 dernières minutes de cuisson, allez à la pêche aux noyaux. Vous pouvez très bien les laissez aussi, c’est là une affaire de goût. Écrasez à nouveau.
les outils indispensables

les outils indispensables

 

  • 45 minutes sont passées, vous pouvez couper votre gaz.
  • A l’aide d’une louche, remplissez immédiatement vos 4 pots stérilisés bien à ras bord. Attention de ne pas vous brûler!
  • Essuyez grossièrement à l’aide d’un essuie-tout vos pots et fermez sans plus attendre avec le couvercle en serrant le plus fort possible. Puis retournez vos pots. Cette astuce assurera une parfaite fermeture de vos confitures et évitera que de l’air ne s’infiltre. La conservation est ainsi optimale.
  • Laissez vos pots dans cet état jusqu’en fin de soirée. A ce moment là, vous pourrez les retourner et les nettoyer convenablement.

Si vous avez respecté ces quelques consignes simples, vous aurez réussi une délicieuse confiture, légèrement acidulée, riche en goût, pas trop épaisse, qui se tartinera à merveille et vous aurez ainsi le plaisir de la déguster toute l’année.

 

Chiens perdus, sans collier…

Grâce au combat de la fondation 30 millions d’amis, l’animal est, depuis janvier 2015, reconnu dans le code civil comme un « être vivant doué de sensibilité » (art.515-14) et toute personne qui abandonne son animal domestique est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 30 000 € d’amende et 2 ans de prison depuis la fin des années 90.

Malgré cela, chaque année à l’approche des vacances d’été plus de 60 000 animaux sont laissés sur le bord d’une route, lâchement abandonnés par leur propriétaires pour qui ils sont devenus trop encombrants.

Comme hélas ce problème est récurant chaque année, beaucoup d’associations se mobilisent pour sensibiliser à ce fléau.

Cette année encore c’est le cas pour 30 millions d’amis qui lance sa nouvelle campagne ( Vidéo à visionner en fin d’article pour ceux qui le souhaitent)

 

Vous n’aimeriez pas que l’on vous abandonne, alors ne le  faites pas avec eux!

 

 

 30 millions d’amis campagne 2017 :

http://www.30millionsdamis.fr/la-fondation/nos-campagnes/lhistoire/video/index.php?from=WAH&utm_source=headerhp&utm_medium=HP&utm_campaign=ABANDON2017

 

Merci aux photographes inconnus qui ont su saisir ces merveilleux instants de nos petits amis à quatre pattes et à qui j’ai emprunté ces magnifiques photos 🙂

Le lourd poids de l’amour : les cadenas du pont des Arts

Pont des Arts Paris

 

Depuis 2008 l’amour s’était accroché sur les parapets de protection du joli pont des Arts qui enjambe la Seine à Paris.

Cadenas du pont des Arts – Paris

En effet des milliers de cadenas d’amour étaient venus depuis toutes ces années s’accrocher aux grilles du pont par des couples de touristes et d’autochtones et leur petite clé jetée dans la Seine en guise d’amour éternel. Dans la capitale du romantisme, quel symbole merveilleux.

 

Malheureusement ce trop plein d’amour avait un poids qui rendait dangereuses et aussi inesthétiques selon la Mairie les grilles qui supportaient près de 45 tonnes de métal.

Leur retrait a donc été décidé en juin 2015 et les grilles ont été remplacées par des plaques de verre, déjà beaucoup moins glamour. Cela n’empêche pas, encore aujourd’hui, les amoureux de continuer à accrocher leur gage d’amour là où il y a encore une petite place et de jeter leur nouveau dévolu sur un autre pont de Paris, le pont Neuf, à son tour envahi. Mais là aussi, fleurissent désormais des panneaux d’interdiction d’accrochage, le problème étant le même.

 

Heureusement pour les amoureux, Paris n’est pas la seule ville où ils pourront déposer leur cadenas d’amour. Rome, Moscou et le pont Loujkov où ont été installés des arbres prévus à cet effet, Cologne en Allemagne avec le pont Hohenzollern ou encore New York avec le pont de Brooklyn font partie des nombreux lieux où cette tradition perdure.

Cologne

Pont Hohenzollern - Cologne

Pont Hohenzollern – Cologne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 13 mai prochain près de 500 kilos de cadenas seront proposés à la vente en a décidé la Mairie de Paris. Les bénéfices récoltés seront distribués à trois associations caritatives s’occupant de l’accueil de réfugiés. Tout cela restera donc une belle histoire de cœur.

Et ceci tombe bien car les cœurs étant également les symboles de l’amour, je vous laisse découvrir mes cœurs à moi « made in Creaconcept » car l’amour ce n’est pas forcément s’enchaîner c’est aussi se faire des petits cadeaux 🙂

 

 

Post it petits coeurs et oiseaux

 

 

Cœur tissu et porcelaine froide

 

Pochette coeurs porte clés

Pochette cœurs porte clés

 

Boîte Coeur et Chat Chic

Boîte Coeur et Chat Chic

 

 

Photos Paris – Cologne :   Tom Kyrann