Vendre ses créations en ligne : expérience de créatrice Boutique Astrallia

Salut mes Bloguivores♥

Si comme moi mesdames (et pourquoi pas messieurs) vos dix doigts ne vous servent pas qu’à faire la vaisselle et que vous avez la fibre créatrice, l’idée de vendre vos réalisations vous est peut être déjà passée par la tête! Tenter cette aventure vous séduit mais vous vous demandez ce qui se cache derrière les jolies bannières et autres avatars qui jalonnent les sites de vente de « fait main » en ligne.

Les dessous d’Etsy ou d’Un Grand Marché feront très certainement l’objet d’un de mes futurs articles mais pour l’instant je vous propose cette petite rubrique « Paroles de créatrices » pour aller à la rencontre de femmes qui se sont lancées dans le grand bain de l’artisanat en ligne.

Venez découvrir leur vécu en la matière, leurs joies mais aussi parfois leurs déceptions, les difficultés qu’elles ont rencontrées.

Marie Christine alias Boutique Astrallia, qui de ses petits doigts de fée fabrique entre autres de magnifiques bijoux, m’a fait l’honneur et la gentillesse de se prêter au jeu de mes quelques questions/réponses.

Partons sans plus attendre au pays des cigales avec…

Boutique ASTRALLIA

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Marie Christine, j’ai 65 ans, j’habite un petit village, dans le sud de la France, entouré de vignes et de garrigues. Depuis trois ans je suis à la retraite et peux me consacrer davantage à ma passion : la création de bijoux fantaisie.

De quoi est fait votre univers créatif ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les perles. C’est une activité qui m’apaise totalement ! Je suis fascinée par tout ce que l’on peut créer avec. L’inspiration est sans limite ou presque !

Où trouvez-vous vos sources d’inspiration ?

Bracelet Cornaline Astrallia

Partout autour de moi ! Je ne peux croiser une femme, un homme, sans regarder le ou les bijoux qu’elle ou il porte ! Et souvent je croise des merveilles. Je vais aussi souvent sur Pinterest, j’utilise les moteurs de recherches et j’ai acheté pas mal de livres toujours sur le même sujet, bien entendu.

Depuis quand votre boutique est-elle ouverte ?

Suite à la fermeture de A Little Market (ALM) où j’avais ouvert en 2013, j’ai transféré mon activité sur deux nouvelles boutiques, une sur Tictail depuis juillet 2017 et l’autre sur Un Grand Marché depuis octobre 2017. Et je suis en micro-entreprise depuis le 1er août 2013.

Quand vous est venue l’idée d’ouvrir votre propre boutique ?

L’idée d’ouvrir une boutique et deux ensuite est venue très rapidement. Elles sont un complément aux ventes que je fais sur les marchés, deux fois par semaine et davantage pendant la période des fêtes de fin d’année.

C’est ma deuxième vie professionnelle et j’espère continuer ainsi le plus longtemps possible! Maintenant je sais pourquoi je me lève toujours tôt le matin, je sais ce qui fera mes journées bien remplies et bien plus belles ! Car les idées ne me manquent pas, elles fourmillent dans ma tête et au bout de mes doigts.

Comment avez-vous connu Tictail et Un Grand Marché ?

Toujours après la fermeture plutôt brutale d’ALM, et grâce à Facebook, j’ai eu connaissance de l’existence la plateforme Tictail. J’y ai ouvert une boutique dans l’urgence.

Collier perles de verre Astrallia

Ensuite le projet Un Grand Marché est né, cette plateforme française m’a tout de suite attirée et j’y ai ouvert une deuxième boutique.

Les créations n’étant pas les mêmes sur l’une et l’autre, je peux ainsi offrir plus de choix et être davantage visible.

Qu’est-ce qui vous a fait choisir ces sites de diffusion ?

Tictail est une plateforme Suédoise qui n’est pas très connue en France, j’y suis moins à l’aise que sur Un Grand Marché, qui n’offre pas encore toutes les fonctions mais qui progresse vite, depuis son ouverture ! On y fait la promotion du « fait-main » et j’aime beaucoup son visuel.

Le fonctionnement est simple, la présentation des boutiques claires, les mises en ligne gratuites et je trouve que les commissions sur ventes ne sont pas très élevées. De plus l’équipe est très réactive en cas de besoin, c’est rassurant !

Selon vous, quel est le principal avantage de Tictail ?

C’est une plateforme étrangère, donc davantage tournée vers les ventes à l’international, ce qui n’est pas mon souhait.

et son principal inconvénient ?

Le manque de reconnaissance en France, mais ce n’est que mon avis, il n’engage que moi.

Selon vous, quel est le principal avantage d’Un Grand Marché ?

C’est une jeune plateforme française, l’équipe me paraît dynamique et très « communicante » soucieuse de réussir et de durer.

et son principal inconvénient ?

Il faut pouvoir arriver à se faire remarquer ! C’est que nous sommes très nombreux et nombreuses dans le secteur de création qui est le mien.

Comment se portent vos boutiques aujourd’hui ?

Une vente seulement sur Tictail depuis l’ouverture en juillet 2017 et huit sur Un Grand Marché, depuis l’ouverture en octobre 2017.

C’est peu mais je recommence de zéro après la fermeture d’ALM, sur laquelle je vendais régulièrement, et donc, cela prend du temps avant de regagner une certaine visibilité, mais je recommence à être bien référencée sur Google, c’est encourageant !

A part ça, je participe à des marchés et distribue mes cartes de visites dès que j’en ai la possibilité et j’utilise les réseaux sociaux le plus possible. Sans compter mon blog sur lequel j’essaie de publier régulièrement.

Si vous deviez recommencer, le referiez-vous ? De la même façon ?

Oui ! Je recommencerai exactement pareil !

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite se lancer dans l’aventure du « fait main » ?

Bijou de sac Dauphin

Réfléchir à son projet et bien choisir son secteur de création, car il faut vraiment aimer ce que l’on fait pour résister au découragement, à la fatigue, et ensuite mettre tous les atouts de son côté : formation si besoin, demande d’aide et conseils, bien choisir le nom de sa boutique, sa bannière, son logo.

Bien rédiger les fiches-produits (ne pas hésiter à demander de l’aide pour l’orthographe) soigner les photos, travailler sur les mots clés, utiliser les forums spécifiques pour se faire connaître, comme Facebook, Pinterest, et autres, et travailler son « relationnel » car pour moi c’est un aspect très important !

En effet, en tant que cliente, je n’ai pas envie de recommander dans une boutique où je n’ai pas été bien accueillie, où les échanges par messagerie ont été rares, pour ne pas dire inexistants, comme cela m’est arrivé trop souvent…

Et enfin, créer, s’exprimer avec sa propre personnalité, pour être vue et reconnue.

Pour finir, avez-vous une anecdote, une demande particulière d’un client, un bon souvenir, une belle rencontre à faire partager à nos lecteurs ?

Oh oui ! Une cliente qui a découvert ma boutique grâce à Pinterest, m’a demandé de faire six créations différentes, qu’elle voulait offrir.

Cela a été une expérience très riche en enseignement, et en plaisir ! Même si, à un moment, j’ai été près de craquer, quand elle m’a demandé par trois fois de changer les perles d’un bijou.

Mais en échange j’ai eu une super évaluation qui m’a réchauffé le cœur, et la cliente est même devenue une amie.

Il ne me reste plus qu’a adresser un très grand merci à Marie Christine  pour nous avoir fait partager son expérience.

N’hésitez pas à allez découvrir ses créations sur ses différentes boutiques où un excellent accueil vous sera toujours réservé.

Boutique Astrallia – Un Grand Marché

Boutique Astrallia – Tictail

 

Retrouvez aussi Marie Christine

Sur son BLOG

 https://boutiqueastralliamcs.wordpress.com/

Sur FACEBOOK    

https://fr-fr.facebook.com/astrallia

Sur PINTEREST 

    http://www.pinterest.com/astrallia/mes-cr%C3%A9ations-de-bijoux-et-accessoires-de-mode/

Publicités

Recette Petites crèmes au chocolat façon La laitière de Maître Vermeer

Salut mes bloguivores

Je ne sais pas vous mais perso j’adore le genre de petit truc qui se fait en deux temps trois mouvements et qui vous met forcément de bonne humeur tellement c’est facile et bon! Du coup comme le plaisir ça peut se partager, je m’en vais vous raconter l’histoire de ma petite crème au chocolat.

en avant les histoires!

Pour dénicher la meilleure recette, je suis allée trouver ce type incroyable qui est pote avec  avec un artiste, mais oui, vous savez, le fabricant de produits laitiers qui a réussi à faire admettre à Vermeer, le célèbre peintre hollandais du XVIIeme siècle qu’une de ses œuvres majeures en l’occurrence « La laitière » soit apposée sur les emballages de ses pots de yaourts!

La laitière de Vermeer

 

Ben oui parce, blague à part,  la belle matrone qui illustre les petites crèmes Nestlé, est bien issue de cette célèbre toile réalisée vers 1658 par l’artiste Johannes Vermeer alors qu’il n’avait que 28 ans.

Johannes Vermeer

 

 

 

D’où vient cette bizarrerie me direz-vous? Faisons un petit saut en arrière vers 1971 si vous le voulez bien.

 

A cette époque, nous sommes encore chez Chambourcy (oh oui!) l’ancienne marque de yaourts que Nestlé va racheter en 1996. Marcantetti, un jeune loup chef de produit de la boîte, émet l’idée de mettre du lait entier dans les yaourts plutôt que du lait écrémé, histoire de faire mieux que la concurrence. Le truc plaît bien au Boss car flatter le palais des consommateurs est toujours bon pour le commerce. La nouvelle mixture reste cependant emballée dans un triste pot en carton avec une brave paysanne dessinée dessus, pas terrible tout ça pour attirer le chaland.

Du coup, du côté de l’agence chargée de la communication pour Chambourcy ça bouillonne pas mal sous les casquettes pour trouver comment mettre en avant cette nouvelle gamme. On cherche « l’authentique » comme disait le pauvre Jean de Florette de Pagnol. Son directeur Philippe Auroir pense alors qu’utiliser un tableau pastoral pour illustrer de nouveaux emballages en verre serait une idée topissime! et c’est en cherchant l’inspiration dans un livre d’art qu’une secrétaire s’exclame devant le tableau de Vermeer: « c’est ça! ».

Nestlé©

 

Le packaging sera lancé en 1973.

Très énervée par ce constat que de nos jours il n’y a décidément plus de respect pour rien, j’ai revêtu les habits noirs de l’inquisition et pratiqué sur ce faiseur de pot de crèmes décidément trop bonnes une torture en bonne et due forme, notamment celle de la chèvre (je vous explique ça, attendez) pour lui arracher le secret de sa recette.

Fernandel dans « François Ier »

Le supplice de la chèvre ou chatouillement était véritablement une forme de torture employée à différentes périodes de notre Histoire et venait des Romains. Ces derniers n’avaient rien trouvé de mieux que d’enduire de sel (et non pas de crème au chocolat) les pieds humidifiés des suppliciés et de les faire lécher par une chèvre, ce qui devenait très vite insupportable, forcément, vous imaginez le calvaire! Ils étaient vraiment fous ces romains!

Mais je m’égare, revenons à notre recette! Inutile de vous dire que mon bougre n’a pas cédé au tourment et que je m’en suis retournée bredouille, mon fouet (électrique) sous le bras! Je suis donc allée chercher dans mon précieux livre de cuisine qui me vient de l’école, celui plein de belles grosses tâches de crème, et j’en ai trouvé une qui, en toute modestie, arrive presque à la cheville de la grande marque et celle là eh bien je m’en vais vous la donner!

CE QU’IL VOUS FAUT POUR 4 À 6 RAMEQUINS STANDARDS
MHC
RÉALISATION
  1. Prélevez 100gr (ou 10 cl) du demi litre de lait
  2. Mettez à chauffer le reste
  3. Pendant ce temps, mélangez dans un saladier les 25 gr de sucre, le sachet de sucre vanillé, les 20gr de maïzena et les 100gr de lait
  4. Quand le lait est chaud, ajoutez les 100gr de chocolat en morceaux. Bien mélanger et portez à ébullition
  5. Quand le mélange lait/chocolat est bouillant, versez dessus les ingrédients du saladier
  6. Continuez de remuer au fouet à feu moyen jusqu’à un épaississement onctueux. Laissez une petite ébullition de 1 à 2 minutes. Faites en fonction de vos goûts: plus le mélange est épais, plus votre crème le sera aussi à la dégustation.
  7. Retirez du feu et remplir vos petites coupes
  8. Laissez bien refroidir avant de les mettre au frigo  pour 2 heures au moins.

Le supplice c’est en fait là qu’il est: attendre 2 heures pour les dévorer 😉

Vous pourrez toujours, une fois ce dessert réalisé, le déguster devant l’excellent film « Jean de Florette » de Claude Berri ou allez sur You tube regarder l’extrait où le comique Fernandel supporte la torture de la chèvre dans le très vieux film « François Ier » de Christian Jaque tourné en 1937.

J’aurais aimé vous indiquer où aller admirer le magnifique tableau du talentueux Vermeer (mort pour finir cette triste histoire à 43 ans d’une crise cardiaque et qui doit sûrement se retourner dans sa tombe) ailleurs qu’au supermarché, mais, après avoir été exposé l’année dernière à cette même époque au musée du Louvre, il m’a été impossible de savoir où il se trouvait actuellement.

 

 

Un super cadeau à gagner sur le blog d’un beau petit Dragon Trinity

Recevoir des cadeaux ça fait toujours plaisir et de la part d’un beau dragon bleu c’est encore mieux! Alors si vous voulez, n’hésitez pas à aller tenter votre chance sur le blog de Dragon Trinity où elle organise un sympathique concours pour gagner un lot de produits de beauté. Une façon aussi de découvrir un chouette blog qui vous parle beauté, lifestyle,  gourmandises, voyages…

Bonne découverte et bonne chance!

Vous avez jusqu’au 14 février!

Follow Friday #FF (et un petit #concours pour vous remercier)

Parlez moi d’amour… le temps de la Saint Valentin!

MHC©

Hello, mes Bloguivores!

Me revoici avec mon petit blog bien aimé auquel j’ai fait subir un grand nettoyage de printemps vraiment nécessaire (si, si le printemps n’est plus très loin, je vous assure!). Il reste encore quelques chaudrons à faire reluire mais les lutins que j’avais embauchés pour ça s’en sont retournés dormir, bien trop épuisés par leur précédent employeur, le Père Noël! Du coup il subsiste quelques poussières sous les tapis qui finiront par s’envoler bientôt.

Trêve de plaisanterie, pour le moment au lieu de faire le ménage j’avais plutôt envie de vous parler d’amour puisque la fête de la Saint Valentin va, comme chaque année, bientôt remontrer le bout de son nez le 14 février prochain.

Mais par tous les saints! qui était ce Valentin?

On peut se demander aujourd’hui d’où vient cette tradition de fêter les amoureux ce jour là et qui était ce saint protecteur de l’amour? En fait entre les historiens c’est plutôt l’amour « vache » car ils ne sont pas tellement d’accord entre eux quant à l’origine de cette célébration et plusieurs théories sont avancées sans que l’on puisse en déterminer la valeur.

L’une d’entre elle semble avoir un peu plus l’avantage.

L’affaire se passe à Rome vers 270 après JC. Pour l’empereur Claude II c’est galère galère de recruter les petits gars destinés à faire grossir les rangs des légions romaines et à les encourager à laisser leur peau pour la patrie. Les jeunes gens préfèrent de loin rester dans les bras de leur Falbala et fonder une famille. Du coup notre Claude décide d’interdire purement et simplement les fiançailles et les mariages dans sa contrée. Pas de chance pour lui cependant car dans le coin se trouve un prêtre nommé Valentin qui ne l’entend pas de cette oreille et prend l’initiative de marier en cachette les tourtereaux désireux de s’unir pour la vie. L’histoire ne dit pas s’il a eu le temps de bénir beaucoup de couples car furax notre empereur le fait emprisonner vite fait et accessoirement décapiter… un 14 février! eh oui, ça ne rigolait pas à l’époque!

Cependant, l’association de St Valentin à la fête des amoureux remonterait plutôt au Moyen Âge quand tous les 14 février des jeunes gens s’amusaient à une sorte de loterie de l’amour inspirée des derniers rites païens, les Lupercales, qui se pratiquaient vers la fin du Ve siècle dans une Rome devenue en grande partie chrétienne. Les jeunes hommes accrochaient à leur manche durant une semaine le prénom tiré au sort d’une belle demoiselle, le « Meetic » hasardeux de l’époque quoi!

Et ailleurs, comment parle t-on d’amour?

Lire la suite

Fabriquer une petite boîte cadeau facilement Tuto

Les occasions ne manquent pas tout au long de l’année pour offrir des petits cadeaux à ceux que l’on aime

Cependant, qui dit présent dit également mystère. Il faut en effet savoir ménager quelques instants le suspense grâce au joli petit emballage qui protégera jalousement la délicate attention.

Je vous propose donc de réaliser vous même de mignonnes petites boîtes cadeau, très simplement.

Lire la suite

En passant par la Lorraine… découvrez la recette du vin chaud de Lily

Mon amie Lily, vous savez cette adorable créatrice qui fait des merveilles avec de toutes petites perles et de plus grosses aussi, eh bien elle nous vient de Lorraine et dans ce beau coin de France on sait peut être encore plus qu’ailleurs faire un succulent vin chaud, sucré et revigorant quand l’hiver montre le bout de son nez tout froid.

 

Bracelet Lolita par Lily perles

Alors comme Lily est généreuse, elle a choisi de partager avec nous cette semaine, sa recette de vin chaud. Regardez cette photo, ne donne t-elle pas l’eau à la bouche?

Le vin chaud

Si vous souhaiter donc vous régaler, vous réchauffer et découvrir tous les secrets de ce breuvage je vous encourage à faire une petite visite sur le blog de Lily où elle vous emmène sur un air de chansonnettes dans les odeurs et les saveurs épicées de Noël.

Recette Une petite tourte aux poireaux, ou aux champignons, ou aux poivrons…ça vous dit?

Hello ami(e)s de la blogosphère! j’espère que vous allez bien!

Permettez moi au passage de saluer tout particulièrement les nouvelles adorables personnes qui ont eu la gentillesse de s’abonner à mon ch’tit blog tout dernièrement 🙂 et de les en remercier chaleureusement! elles se reconnaîtront sans doute  🙂 .

Ceci fait, c’est bientôt l’heure de passer à table et ça me donne envie de partager avec vous ma petite recette de tourte aux poireaux simplissime car les choses simples, moi  j’aime bien, ça facilite la vie non?

 

 

Je vous entends crier « au secours! les poireaux quelle horreur, je déteste !!! », rassurez vous, cette tourte peut aussi se faire avec des champignons ou encore des poivrons, c’est bien bon aussi 🙂

Le truc en fait c’est qu’il n’y a pas d’œuf pour la réaliser car je ne sais pas vous, mais moi le genre quiche pleine d’œuf ça ne passe pas trop.

Allez, mon cuisinier vous invite! c’est parti!

Lire la suite